• Institut WOMEN SAFE

Crise Sanitaire : les Femmes en première ligne

La crise sanitaire actuelle mobilise des corps de métiers majoritairement féminins. Appelées à braver le confinement, ces femmes font tous les jours face au danger, mais dans quelles conditions ? Women Safe fait le point.


Elles sont infirmières, aides-soignantes, sages-femmes, auxiliaires de vie, femmes de ménage, caissières ou encore enseignantes… Toutes sont mobilisées dans la lutte contre la crise du coronavirus. Mais la reconnaissance des risques plus élevés auxquels elles sont exposées se fait attendre.


Les femmes sur le front : aspects sexospécifiques de la crise

Bien que certaines études soulignent la prédominance des hommes parmi les malades du covid-19, les femmes sont particulièrement vulnérables du fait de la répartition des professions déséquilibrée entre les sexes, qui les placent en première ligne pour répondre à l’épidémie. En effet, les femmes sont majoritaires dans les métiers du soin et du service. Elles représentent 72,9 % des effectifs dans l’éducation, la santé et l’action sociale. Elles représentent 90 % des personnels aux caisses des magasins qui assurent le ravitaillement, et 67 % du personnel d’entretien qui désinfecte quotidiennement les lieux publics et privés.


Revaloriser les « donneuses de soin »

Malgré leur forte exposition au virus, ces femmes évoluent sans ou avec très peu de matériels de protection. La peur de la contamination s’accompagne de celle des violences physiques. À Marseille, deux infirmières ont déjà porté plainte pour agression.

Dévalorisées et sous-payées, ces femmes de premières lignes s’inscrivent dans des corps de métiers essentiels à la société, surtout en temps de crise. Pour Women Safe, il est nécessaire de prendre en considération l’angle sexospécifique de la crise pour mettre en place des politiques publiques sensibles à la question de l’égalité femmes-hommes.


Rédaction : Animal Pensant, en partenariat avec Women Safe

0 vue

©2018 by Women Safe. Proudly created with Wix.com