Les violences conjugales sont des violences intrafamiliales

Lors de ses interventions dans les médias, Women Safe rappelle souvent la nécessité de parler de violences intrafamiliales plutôt que de violences conjugales. Pourquoi ? Explications sur une position de Women Safe.

« Où sont les enfants, comment les traite-t-on ? » C’est la question qu’a posée la directrice de Women Safe Frédérique Martz lors de son intervention sur le plateau du journal 7/8 le 4 septembre. Et pour cause : l’institut en santé génésique a pour spécificité de proposer une prise en charge des enfants victimes de violences, pas seulement des femmes. Pour l’association, les violences conjugales sont d’abord des violences intrafamiliales.

Soigner les enfants victimes de violences intrafamiliales

Ce parti pris part de deux constats. Le premier : les enfants sont les victimes collatérales des violences dites conjugales. Le second : les violences subies ou perçues par les enfants peuvent être reproduites à l’âge adulte, que la victime se mette à nouveau en situation d’être agressée, ou qu’elle devienne elle-même violente. La violence engendre la violence jusqu’à ce qu’on brise le cycle.

Du couple à la famille : déplacer le débat

Pour réparer les femmes et les enfants et briser le cycle des violences, Women Safe milite pour que l’on cesse de considérer les violences intrafamiliales comme des violences de couples. La cellule familiale dans son intégralité est bouleversée par les violences. Par conséquent, tous les membres de cette cellule doivent être soignés et réparés. La femme et les enfants, c’est le cœur de métier de Women Safe. Prendre en charge l’agresseur dès les premiers signes de violences, c’est une piste complémentaire, récemment évoquée par Eva Darlan au micro d’Europe 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *