Violences faites aux femmes : un colloque imagine d’autres solutions

Croiser les regards, imaginer d’autres solutions. Pour mieux lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants, Women Safe a réuni des professionnel·le·s de tous les secteurs au Sénat.

Retour sur un événement inédit.

« Une association est faite pour imaginer d’autres solutions » |Women Safe

Scientifiques, thérapeutes, membres des forces de l’ordre, juristes, artistes… Des professionnel·le·s de tous les secteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants étaient réuni·e·s ce 22 mars. Le colloque « Au cœur des violences », organisé par l’association Women Safe et marrainé par la sénatrice Marta de Cidrac, a fait salle comble. L’objectif : croiser les regards, mieux travailler ensemble, aider les victimes.

Créer du lien : au cœur de l’action de Women Safe contre les violences

Quatre tables rondes ont été organisées pour donner la parole aux professionnel·le·s des secteurs médico-social, juridique et artistique, ainsi qu’aux personnes actrices du changement. De la neurologie à l’art-thérapie, de la sensibilisation à la justice, la lutte contre les violences a été abordée sous tous les angles, laissant entrevoir des problématiques communes – et des solutions.

Mieux former les personnes qui se trouvent en première ligne de l’accueil des victimes, faciliter l’accès aux soins, informer le grand public… Les solutions concrètes abordées lors du colloque seront détaillées sur ce site dans les prochaines semaines.

Women Safe libère toutes les paroles

L’événement faisait suite à la première rencontre organisée par Women Safe en 2015 qui donnait la parole aux femmes victimes. En demandant cette fois aux professionnel·le·s de s’exprimer, Women Safe confirme son approche interdisciplinaire singulière. Une démarche qui s’appuie sur la confidentialité, la sécurité et la gratuité d’accès, avec pour objectif premier de remettre les femmes et les enfants accueilli·e·s en bonne santé. Ce 22 mars, dans un lieu hautement symbolique, les intervenant·e·s et ami·e·s de l’association ont fait le point, créé du lien et imaginé d’autres solutions… avant de retourner sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *